Publié le 24 Février 2013

Voir les commentaires

Rédigé par Pmspg Disney

Publié le 18 Février 2013

Voir les commentaires

Rédigé par Pmspg Disney

Publié le 17 Février 2013

J’avais initialement présenté ici le 17 février 2013 la traduction intégrale du document de Keno Don Rosa. Ce texte m’avait  semblé assez important pour comprendre l’artiste et j’avais donc pris le temps de le traduire (près de 10 heures) en essayant d’être le plus fidèle au texte original.

 

Le 23 février 2013, Jano Rohleder, se faisant l’interprète de Keno Don Rosa m’a demandé de supprimer cette traduction non autorisée. L’information était relayée sur le Facebook officiel de Don Rosa le jour même.

 

La raison donnée est la suivante : « Ce texte n'est pas un coup de gueule public contre Disney ou autre, mais il a été tout simplement conçu comme un épilogue aux nombreux textes biographiques dans la collection de Don Rosa. Ainsi, il ne doit être traduit que dans les quatre langues dans lesquelles cette collection a été publiée ainsi qu’en anglais, en version originale par Don Rosa. Il ne devrait pas apparaître ailleurs que sur notre page officielle career-end.donrosa.de. »

 

J’ai d'abord été très déçu de recevoir un tel message. Effectivement, sur le plan juridique, je n’avais aucun droit de traduction sur ce texte. Mais il me semblait que permettre aux fans francophones de mieux comprendre l’artiste pouvait être utile. Comme vous pouvez l'imaginer,  je n'ai pas non plus le droit de publier des cases de bandes dessinées Disney. A ce jour, personne chez Disney ne m'a jamais demandé de supprimer des scans ni des informations. Je suis vraiment triste que la première demande émane de Don Rosa. Mon blog est libre d’accès, je ne gagne pas d'argent avec lui, et c'est seulement une démarche de fan qui m’a poussée à traduire ce texte.

 

En dehors du point de vue juridique, je ne comprends pas trop quel est le problème ni à qui je fais du tort. J'avoue qu'il aurait été plus correct de ma part de demander la permission avant. J’ai tout de même l’impression que suite à ses problèmes juridiques, Don Rosa est devenu très méfiant.

 

Par sympathie pour Jano Rohleder avec qui j’ai déjà échangé à plusieurs reprises et par respect pour Keno Don Rosa, j’ai donc retiré la traduction intégrale le 24 février 2013. Néanmoins, j’ai choisi d’en présenter ici un résumé.

 

 

Pour les amateurs de VO, l’original se trouve ici http://career-end.donrosa.de/

 

 

 

L’EPILOGUE

 

Don Rosa  a contribué à la Collection Don Rosa publiée par Egmont en 9 volume. Le texte présenté sur le site mentionné ci-dessus aurait dû paraitre dans le dernier tome. Egmont avait accepté mais Disney s’y est opposé. Finalement un accord a été trouvé : le texte est disponible sur internet et l’adresse du site dédié figure dans le dernier volume.

 

 

POURQUOI J’AI ARRETE

 

Dans cet épisode autobiographique final, Don Rosa donne par ordre croissant les raisons qui l’on poussé à arrêter.


 

Raison n° 6 : Il a travaillé trop longtemps

 

Il rappelle qu’il a travaillé depuis l’âge de 14 ans dans l’entreprise familiale et qu’il y a travaillé pendant toutes ses vacances alors qu’il était encore étudiant. Ouvrier de chantier, il a gagné un peu d’argent, ce qui lui a permis de bâtir une belle collection de BD américaines mais il regrette que cette expérience lui ait aussi volé une partie de sa jeunesse et des relations sociales. En 2008, il a réalisé qu’il avait travaillé à temps plein pendant plus de 40 ans. Il pensait qu’il avait finalement gagné le droit de ralentir, de prendre le temps de profiter de la vie et de passer plus de temps avec sa femme dans sa propriété qu’il appelle sa « réserve naturelle ».

 

 

Raison n° 5 : Il travaille trop dur

 

C’est ancré profondément en lui : il ne sait pas comment faire quelque chose sans se laisser consumer par la passion. C’est un bourreau de travail, incapable de se détendre. L'inactivité le rend nerveux et le fait sentir «coupable». Il ne peut pas s’asseoir pour regarder la télé plus de 45 minutes sans ressentir le besoin de faire quelque chose de productif.

 

Sur son travail dans la BD Disney, il pense qu'il est évident que les fans n'aiment pas ses histoires grâce à son style, mais grâce à son travail acharné.  Selon lui, ses lecteurs doivent aimer ses histoires parce qu'ils pensent que «pour que quelqu'un mette autant de travail dans un dessin si mauvais, il faut qu’il y prenne du plaisir ! ». Il précise qu’il a compensé son manque de talent artistique en fourrant tout un tas de «détails inutiles et irritants» dans chaque case. Voir une vidéo de Don Rosa sur ce sujet 

 

Même s’il a arrêté de créer des BD, Don Rosa avoue qu’il lui faudra de nombreuses années pour guérir de son incapacité à me détendre.

 

 

Raison n° 4 : Sa popularité

 

Pendant les 15 dernières années de sa carrière, il savait que son plus gros problème était sa popularité auprès des fans de BD, couplée avec le fait qu’il était d'abord et toujours un fan lui-même.

Don Rosa se sentait le représentant de Barks et de tous les scénaristes et dessinateurs de BD Disney. C’était important pour lui, une sorte de mission divine.

 

Puis, il a réalisé que les scénaristes et dessinateurs de BD Disney sont tous payés à peu près pareil, un taux forfaitaire par page. Alors qu’il était déjà lent à produire son travail, il en produisait encore moins car sa popularité l’amenait à voyager beaucoup tandis que les autres artistes, moins populaires que lui, restaient travailler chez eux. Normalement, l'auteur ou l’artiste le plus populaire gagne plus d'argent que les autres. Mais dans ce système, son revenu était inférieur à celui des autres et la raison en était, paradoxalement, que son travail était plus populaire que celui des autres !

 

L'autre «malédiction» de sa popularité était le nombre de courriers de fans qu’il recevait et auxquels il mettait un point d’honneur à répondre. Il répondait lui-même à 100% du courrier des fans. Mais, à la fin des années 90, avec l’arrivée des e-mails, il ne pouvait plus faire face et a donc dû prendre la douloureuse décision de ne plus répondre aux fans.

 

Il essaie cependant de compenser par d'autres moyens. Par exemple, quand il est invité à un festival de bande dessinée européen ou à une signature en librairie, il passe 10 à 11 heures non-stop au service des fans. Il n’est jamais fatigué dans de telles circonstances.  C'est l'énergie qu’il reçoit de ses fidèles fans qui le pousse.

 

 

Raison n° 3 : Sa dépression

 

Sa dépression est une conséquence directe des 2 raisons suivantes. Elle est le résultat de sa prise de conscience qu’il allait bientôt devoir arrêter à cause de la raison n° 1 et qu’il était triste que les choses tournent ainsi. Sa dépression a été accentuée par la raison n°2. Le seul fait de prendre conscience de sa dépression a cependant suffit à résoudre 80% du problème. Il a également compris que cette passion pour son travail avait été à la fois la meilleure et la pire des choses.

 

 

Raison n° 2: Sa @ # $% & de mauvaise vue !

 

Don Rosa souffre d’une myopie congénitale depuis la naissance.  Les 55 premières années de sa vie n’ont pas trop posé de problème. Vers 2006, il a commencé à éprouver des troubles de la vision. En 2007, il ne pouvait plus voir assez bien avec ses lunettes pour dessiner normalement.  Il a ainsi dû dessiner avec mon nez collé sur la feuille à dessin. Ce fut très pénible.  Début  2008, la rétine de son œil gauche s’est décollée. Le 17 mars 2008 restera gravé dans sa mémoire comme le jour le plus effrayant de sa vie. Sa rétine gauche était près de se détacher complètement de son œil, la cécité permanente le guettait. Il a été opéré de toute urgence. La convalescence a été très dure car pendant 2 mois, il a dû garder le visage vers le bas, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Les choses se sont tout de même arrangées mais il garde cependant un problème : sa vision à l’œil gauche est inclinée d’un angle de 10 degrés et sa cicatrice lui donne une vision déformée, les lignes droites lui paraissent ondulées. Son œil droit ayant un verre plus épais que celui de son œil gauche, le même objet vu par l’œil droit semble plus petit qu’à travers l’œil gauche (pour en savoir plus voir ici). C’est cette raison qui lui a fait immédiatement arrêter la bande dessinée.

 

Après son opération, on lui a demandé pourquoi il n’écrivait pas d’histoires pour les faire dessiner par d’autres.  Sa réponse est qu’il ne veut plus fonctionner dans le système décrit dans la raison n°1.

 

 

Raison n° 1 : Le système des bandes dessinées Disney

 

Peu de gens le savent mais il n’y a jamais de royalties versées aux personnes qui créent des bandes dessinées Disney. Les auteurs et dessinateurs sont payés un taux fixe par page par un éditeur pour qui ils travaillent directement. Ils n’ont aucun lien avec la société Disney. Après cela, peu importe combien de fois cette histoire est utilisée par les éditeurs à travers le monde, peu importent les ventes, les créateurs ne reçoivent rien d’autre.

 

Un jour Don Rosa a remarqué que les éditeurs ont mentionné son nom sur la couverture, comme ils le faisaient avec celui de Barks. Il en a d’abord été très fier, puis les choses ont pris de l’ampleur. Son nom devenait vendeur, synonyme de succès en terme de ventes. Il faisait la promotion de ces collections sans qu’il ne lui revienne le moindre centime. Malgré cela, les fans européens pensaient qu’il était millionnaire.

 

Puis, les éditeurs ont intitulé des éditions non pas « Picsou n°1 » mais « Don Rosa n°1 », sans le prévenir ni même lui demander son avis. Il a donc réagi et a déposé son nom à travers l'Europe et l'Amérique du Sud.  En s’appuyant sur ce dépôt, il a décidé de demander une redevance annuelle pour l'utilisation de son nom dans le but de vendre des produits. Il demande également un certain contrôle sur le produit (qualité de la traduction, des mises en couleur…) Egmont a été le premier à accepter, et lui a même concédé une contrepartie basée sur les ventes.

 

Les autres éditeurs n’ont pas suivi (sauf apparemment Glénat voir ici) et ont donc dû retirer le nom de "Don Rosa" de leurs couvertures. Ils ne peuvent donc pas non plus utiliser les textes annotés par l’artiste ni d'autres matériaux supplémentaires.

 

 

CONCLUSION

 

Compte tenu du système Disney, pourquoi Don Rosa ne s’est-il pas mis à faire des BD avec ses propres personnages ? Il répond alors que n'importe quel personnage qu’il pourrait créer, il n'aurait pas grandi avec. Il ne voudrait pas de lui. Son plaisir était de créer des histoires avec les personnages qu’il a aimés toute sa vie.  Il est par-dessus tout un fan.

 

Il n’a pas vraiment besoin d’argent. Quand il a réalisé qu’il ne pouvait plus continuer à créer des bandes dessinées Disney, un ami lui a vendu une partie de sa collection (la partie «récente», de 1970 à 1985) ce qui lui a permis de finir de payer sa maison. Il n’a pas d’enfants, il conduit la même voiture depuis 1978, il n'a pas besoin d'une maison de vacances car il vit déjà à la campagne.

 

Il se considère comme l'homme le plus chanceux sur Terre. Il a eu une enfance privilégiée, a épousé une femme merveilleuse, puis le destin a voulu que pendant plus de 20 ans, il a réalisé le rêve le plus cher de mon enfance.  Il a été traité comme une star par dans de nombreux pays. Il conserve ses collections de BD (près de 40.000 BD américaines des années 1945-1970) et de DVD. Quand il aura finalement appris à se détendre, il a l'intention de s’asseoir et de relire et de regarder à nouveau tous ses divertissements préférés.

 

Il termine par cette belle phrase : « Maintenant, si vous voulez bien m'excuser ... Je crois que je vais redevenir un simple fan. »

 

Laissons-le donc redevenir un simple fan et qu’il soit remercié de tous les grands moments de plaisir qu’il nous a permis de vivre ! 


 

Voir les commentaires