Publié le 22 Mars 2010

Qui sont vraiment ces Rapetou qui hantent les nuits (et même les jours) de Picsou ? Quels hommes (j'aurais plutôt dû écrire quels chiens) se cachent sous ce fameux masque caractérisant ces célèbres bandits ?

 

Lorsque Carl Barks introduit en 1951 les frères Rapetou dans une aventure de Picsou intitulée Terror of the Beagle Boys (Terreur des Rapetou ! W WDC 134-02) il veut en faire un archétype de bandits. Afin de permettre au lecteur d’identifier immédiatement qu’il s’agit de personnages qui agissent dans l’ombre et de façon malhonnête il les a affublés d’un masque qu’ils ne quitteront plus.

 

Ce masque (ainsi que leur tenue) leur confère une apparence identique, sans personnalité propre. Seul moyen de les distinguer : le matricule qu’ils portent sur leur uniforme de prisonnier. Ce matricule est une variation sur des codes comprenant les chiffres 1, 6 et 7.
Voici ci-après les plus usités : 167-671 176-761 176-167 617-716 671-167 671-761 761-176 716-167

 

Or si j’ai écrit plus haut que les Rapetou ne quittaient jamais leur masque, c’est en partie faux.  En effet dans quelques histoires nous avons le privilège de découvrir leur identité car ils ôtent leur masque, parfois involontairement et toujours provisoirement. 

Dans La course fantastique sur la rivière (W USGD  1-02, Carl Barks, 1957), sous l’effet de la stupeur, Blackheart Beagle, le Rapetou du Mississipi perd son masque, un peu comme dans les dessins animés de Tex Avery.

Rapetou PM368 p063

 

 (Case extraite de Picsou Magazine n°368, France, 2002)


L’origine de ces masques nous est contée dans Le roi du Mississipi,(D 91411, Don Rosa,1992). Dans les premières cases de la 6ème page de cette histoire, les Rapetou (ou plus précisément les pères des Rapetou actuels)  ne portent pas de masque mais le génie de Don Rosa les montre dans l’ombre ou la pénombre, de façon à ne pas révéler complètement leurs vrais visages.

 Rapetou-PHMS-B1p032a-copie-1.jpg

 (Cases extraites de Picsou Magazine Hors Série La Jeunesse de Picsou, France, 2004)


Ils récupèrent, de l’escroc Captain Porcin, des loups (les masques, pas les animaux !) qui viennent du carnaval du Mardi Gras de la Nouvelle Orléans.


Rapetou-PHMS-B1p032b.jpg
 

(Cases extraites de Picsou Magazine Hors Série La Jeunesse de Picsou, France, 2004)


Alors qu'il semble opportun de porter un masque en période de carnaval pour ne pas être reconnu, les Rapetou vont conserver ce masque tous les jours, comme une marque de fabrique, une identité extérieure protégeant leur identité propre.

Don Rosa s'amuse ensuite à "démasquer" quelque peu les Rapetou.

En page 16 de cette même histoire, un Rapetou enlève son masque mais son visage est recouvert de boue.

Rapetou-PMHS-B1-p042.jpg

 

(Case extraite de Picsou Magazine Hors Série La Jeunesse de Picsou, France, 2004)

   
A la page 20, Picsou démasque lui-même l’un des Rapetou mais le cadrage de la case ne permet pas au lecteur de voir les yeux du bandit démasqué.

Rapetou-PMHS-B1-p046.jpg

 

(Case extraite de Picsou Magazine Hors Série La Jeunesse de Picsou, France, 2004)


Ainsi donc, même si le désir de dévoiler le vrai visage des Rapetou se fait jour chez Don Rosa, le mystère de leur identité reste pourtant bien conservé.



Toujours à propos de ces masques, nous en apprenons un peu plus dans Les Rapetou sont en vacances... (Zio Paperone e il ritorno dell'avvocatoI AT 92-A, Pier et Giovan Battista Carpi, Ernesto Piccardo, 1964) : les vrais masques des Rapetou sont brevetés !

Rapetou-SPGP93-p058a.jpgRapetou-SPGP93-p058b.jpg

(Cases extraites de Super Picsou Géant n°93 bis, France, 1979)


C'est ce brevet qui permettra de les innocenter ! Mais une fois de plus voici que le masque devient la marque exclusive des Rapetou. Aucun autre bandit ne peut porter ce masque sans s'exposer aux foudres de ces satanés frères.

 


D'autres histoires jouent avec ce "tabou" ou ce désir secret de démasquer les Rapetou.

 

 

Rapetou-JM561-p011.jpg

Dans Une réunion de famille mouvementée ! (Family Fun, W DG   38-01, Carl Fallberg et Tony Strobl, 1960) à la deuxième case de la page 16, un Rapetou perd son masque de surprise, un peu comme dans l’histoire de Carl Barks La course fantastique sur la rivière, évoquée plus haut.

 

(Case extraite du Journal de Mickey n°561, France, 1963)  

 


Dans No-Gun Sheriff (W BB   13-04, Pete Alvarado,1972) 176-671 coincé dans une barrière perd son masque lorsque ses frères le sortent de sa « prison ».

Rapetou-BB13.jpg

 
 (Case extraite de The Beagle Boys n°13, Etats-Unis, 1972)

 

Parfois, les Rapetou ôtent leur masque volontairement pour, et c'est paradoxal, ne pas être reconnus !

 

Dans Rapetou... déçus ! (The Homemade Heirs, W BB   34-03, Kay Wright, 1977) 176-671 décide d’enlever son masque et sa casquette pour rançonner Picsou dans la rue, de façon à ce qu’il ne le reconnaisse pas. Il ne pense même pas à changer ses vêtements. 

Rapetou-JM1511-p013.jpg

(Cases issues du Journal de Mickey n°1511, France, 1981)

 

Rapetou-SPG150-p091.jpg

Dans Les Rapetou travaillent du chapeau (PsychedD 2007-327, Michael T. Gilbert et Ignasi Calvet Estéban, 2008) afin d'effectuer un cambriolage sans être reconnus, les Rapetou, qui étudient la psychologie, ont enlevé leurs masques. Mais hélas, dans la composition de la case ci-contre, le bloc de texte masque le regard du Rapetou qui a enlevé son masque.

(Case issue de Super Picsou Géant n°150, France, 2009)

 

 


Rapetou-DD-2008-28.jpg

Dans Zonder masker (H 27105, Jan Kruse, Sander Gulien, 2008), Les Rapetou ont bronzé avec leur masque et ont une trace claire autour des yeux lorsqu’ils l’enlèvent !


 

(Case extraite de Donald Duck n°28, Pays-Bas, 2008)

 


 

 

Enfin, les Rapetou aiment parfois à se déguiser pour tenter de voler l'or ou un trésor de Picsou. Voici quelques exemples dans lesquels ils ont mis de côté à la fois leur célèbre masque mais également leur costume de bagnard.

 

 

 

Dans Une pluie d'or ! (The Golden Rainbow, W DD   81-02, Tony Strobl, 1962) les Rapetou qui se sont faits passer pour des cuisiniers, débarquent sur une île où vient également de s’échouer Picsou. Ils apparaissent sans leurs masques habituels et se déguisent ensuite en indigènes. Ils ne sont reconnus que tardivement par les 3 neveux.

 

Rapetou-JM547-p005.jpg

Rapetou-JM547-p007.jpg

(Cases issues du Journal de Mickey n°547, France, 1962)

 

 

Rapetou-MP60-p133.jpg

Dans Aventures et mésaventures d'un haut-de-forme (Zio Paperone e il cilindro magico, I TL  569-B, Rodolfo Cimino, Giorgio Bordini, 1966). Les Rapetou assomment Baptiste et l’un d’entre eux le remplace et enlève son masque pour ne pas être reconnu.

 

(Case issue de Mickey Parade n°60, France, 1984)

 

 

 

Dans Donald mène l'opération "noix de coco" (Paperino e le conchiglie zebrate, I TL  337-AP, Abramo et Giampaolo Barosso, Giovan Battista Carpi, 1962) sous des moustaches postiches et sans masque les Rapetou se déguisent pour rouler Picsou.

Rapetou-MPP735p127.jpg

 

(Case issue de Mickey Parade n°735bis, France, 1966)

 

 

Rapetou-MPP912p101.jpg

Rapetou-MPP912p105.jpg

Dans Oncle Picsou veut l'urne à facettes (Zio Paperone e l'anfora angolare, I TL  470-A, Pier Carpi, Romano Scarpa, Giorgio Cavazzano, 1964), les Rapetou se déguisent pour tromper la vigilance de Donald. Cependant, même sans masque, des lunettes masquent leurs yeux !

 

(Cases issues de Mickey Parade n°912bis, France, 1966)

 

 



Merci à dGé qui m'a signalé l'histoire suivante.



Rapetou-JM1364p010a.jpg Dans Les Rapetou à l'ordre du jour (The Great Beagle Break, W BB 28-01, Pete Alvarado, 1976) un cousin des Rapetou, l'Agent Double ZZZ a enlevé son masque pour s'inflitrer dans la police. 

 Rapetou-JM1364p010b.jpg

 (Cases issues du Journal de Mickey n°1364, France, 1978)



Les Rapetou apparaîtraient également sans leur masque dans l’histoire Kerstdiner (H 28215, Jan Kruse et Sander Gulien, 2009), mais je n'ai pu le vérifier.

 



Signalons également les histoires suivantes dans lesquelles il ne s'agit pas exactement des Rapetou mais de leurs proches :

 

Ottoperotto cane fortunato (I TL 2696-3, Gaya Perini, Marco Meloni, 2007)

Le chien des Rapetou, prénommé selon les histoires Rapdog, Croquetou ou Huit par huit apparaît sans masque, pour qu'il ne soit reconnu par personne.

  Rapetou-it-tl-2696d.jpg

 

 (Case issue de Topolino n°2696, Italie, 2007)

 

 

Soyez bons mais pas sots ! (The Bottomless Pit, W JW   54-01, Bob Gregory, 1979)

Un Mini Repetou enlève son masque pour se déguiser en observateur de la nature et faire croire aux Castors Juniors que quelqu’un est tombé dans un trou très profond.

 

Rapetou-JW54p004.jpg

(Cases issues de Huey, Dewey and Louie Junior Woodchucks 54, Etats-Unis, 1979)

 

Si vous découvrez à travers vos lectures d’autres histoires où Les Rapetou tombent leur masque, n’hésitez pas à me les signaler !



Merci à Sim pour l'idée du sujet sur The Disney Comics Forum
 

 

Ajouts :
Le 27/03/2010 : Cousin ZZZ (signalé par dGé)

Voir les commentaires

Publié le 10 Mars 2010

Une fois n'est pas coutume, voici un article modes et chiffons !

Que les héros Disney soient ou non à la mode n'est pas ici notre affaire car désormais, à n'en plus douter, ils font réellement la mode !


En effet, le magazine ELLE n°3348 du 26 février 2010 a présenté quelques pages d'illustrations assez surprenantes, toutes réalisées par le dessinateur allemand Ulrich Schröder. (mieux connaître l'artiste à travers l'article "Donald Duck fête ses 75 ans sur Arte") 


Karl Lagerfeld (Chanel), Donatella Versace, Jean-Paul Gaultier, Marc Jacobs (Vuitton), Sonia et Nathalie Rykiel, Albert Elbaz (Lanvin), Dolce & Gabbana (D & G) et John Galliano peuvent tous aller se rhabiller ! Ils ont désormais leur double au royaume des souris et des canards !

Pour fêter la Fashion Week Parade en collaboration avec Disneyland® Resort Paris qui accueille la "nouvelle génération" des héros Disney dans ses attractions en 2010, le magazine ELLE nous offre quelques illustrations amusantes qui recréent l'atmosphère des créateurs cités plus haut.

Un mélange des genres atypique que je vous laisse découvrir ci-après.


ELLE3348p126
ELLE3348p128.jpg
ELLE3348p130.jpgELLE3348p132.jpgELLE3348p134.jpg

 


Selon un fan de BD Disney bien renseigné, le Magazine Monsieur n°1 avait publié en 1995 des illustrations de ce type. 

Enfin comme
Frapif l'a signalé dans son commentaire, un précédent a eu lieu avec les Simpsons dans le magazine Harper's Bazaar d'août 2007 intitulé "The Simpsons go to Paris with Linda Evangelista". A voir également la page qui met en perspective les vrais modèles et les illustrations : bluffant !

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pmspg

Publié dans #Disneymania