Publié le 19 Août 2008

En tant que fans de BD Disney, vous connaissiez bien entendu Carl Barks, le créateur de Picsou et de bien d'autres canards, qui est l'un des plus grands artistes du monde de la bande dessinée. Mais, vous ne saviez peut-être pas qu'il était aussi un personnage de BD.


Débutons par des auto-portraits ou plutôt des auto-caricatures qui ont été publiées dans des magazines, des livres d'études sur ses œuvres, ou dans des fanzines.

 
Couverture de Carl Barks and the Art of Comic Book (1981)

 

Couverture de Carl Barks and the Disney Comic Book (2006)
Voir l'article sur le livre Carl Barks and the Disney Comic Book

 

Dessin paru dans The Duckburg Times n°10-11 (1981)



Continuons avec ci-dessous un auto-portait qui figurait en en-tête des courriers du Carl Barks Studio (malheureuse aventure où Carl Barks à la fin de sa vie s'était associé à des individus peu scrupuleux et qui a fini par un procès)



Carl Barks qui a toujours aimé dessiner des personnages humains manie fort sympathiquement l'art de l'auto-dérision.

Mais ces caricatures ne sont pas son premier essai. Il s'est déjà mis en scène dans ses propres créations.

D'abord de façon plutôt discrète. Dans l'histoire Turkey Trouble / Dinde en péril  (
W WDC 75-01) à la page 4 de la version originale, apparaît sur une boîte de conserve la mention "Barks Dog Soup". Voir zone entourée dans la case ci-dessous.

Case issue de Walt Disney's Comics and Stories n°75 (1946)

Le jeu de mot entre le nom de Barks et le mot "dog /chien" est assez évident puisque en anglais "to bark" veut dire "aboyer".




Ensuite, toujours aussi discrètement, Barks se caricature.

En 1948, dans Sheriff of Bullet Valley / Le shérif de la vallée des balles  (
W OS 199-02 ), Carl Barks place une affiche où sa tête est mise à prix dans le bureau d'un shériff.

Il reproduit ici un dessin fait par un collègue alors qu'il travaillait aux Studios Disney comme intervaliste.







Mais c'est dans une histoire qu'il a écrite en 1955 et qui a été publiée pour la première fois dans Walt Disney's Comics and Stories n°188 (1956) The Olympic Hopeful / Donald aux jeux olympiques ! ( W WDC 188-01 ) qu'il ose véritablement se mettre en scène.
 

Cases issues de Picsou Magazine 439 (Août 2008)


Il apparaît dans cette histoire comme un lanceur de javelot nommé Fulldrip Pulpbugle en VO (Hector Pourfenlair en français) qui échoue à lancer son javelot à cause d'un rhume des foins. Barks se moque ici de ses propres problèmes de santé qui l'avaient amené à quitter les studios Disney avant qu'il se consacre à la BD.



En 1956, dans The Christmas Cha Cha/ Un cha-cha-cha endiablé ! (W DG 26-01) il placarde sur un mur de Donaldville un nouvel avis de recherche.

Un peu comme s'il s'agissait d'une mise à jour de l'avis de 1948 dans
Sheriff of Bullet Valley.


Case issue de Picsou Magazine 430 (Novembre 2007)





D'autres auteurs et dessinateurs ont fait un clin d'œil à Carl Barks dans leurs histoires ou dans leurs dessins.



Ainsi, sur la couverture du n°78 de Walt Disney's Comics and Stories (1947) attribuée à Walt Kelly (ou à Carl Buettner) voit-on écrit sur la caisse en bois "Bark's Jiffy Chicken Dinner". Il s'agit peut-être d'une allusion aux repas pris sur le pouce par Barks et plus probablement à l'élevage de poulets que Barks a monté.


 
 

En 1987, Keno Don Rosa, reproduit dans son histoire Cash Flow / L'Argent liquide ( AR 106 ) l'affiche de 1956, dans The Christmas Cha Cha/ Un cha-cha-cha endiablé !


 

Case issue de Picsou Magazine 319 (Août 1998)




L'année suivante, Don Rosa dessine un autre portrait de Carl Barks dans The Crocodile Collector dans / La chasse au croco du Nil (AR 125). Cette fois, le portrait de Carl Barks est sculpté sur la première pierre d'une colonne d'un temple perdu.

Case issue de Picsou Magazine 326 (Mars 1999)


Par la suite, et à plusieurs reprises, le nom de Carls Barks apparaît dans les histoires de Don Rosa. Voir
Calisota On Line pour plus de précisions.




Dans The Fall of New AtlantisKT 0990 ), une histoire de La Bande à Picsou (DuckTales) crée par Marv Wolfman, Cosme Quartieri et Robert Bat en 1990, un personnage, du nom de Savin Cash, qui est le banquier de Gripsou a les traits de Carl Barks.

 Cases issues de DuckTales featuring Scrooge's Quest by Marv Wolfman (2007) 

 
 



En 1992, sur un scénario de Rudy SalvagniniGiorgio Cavazzano croque "The Duck man"  avec un nez à la Mickey dans l'histoire intitulée Zio Paperone e l'uomo dei paperi  / Le maître des canards ( I TL 1919-C ).


Cette histoire est un véritable hommage à Carl Barks, puisqu'elle raconte de façon romancée sa rencontre avec les personnages à qui il a donné vie pendant tant d'années.
 

Planche issue de Picsou Magazine n°386 (2004)





En 1997, Pat McGreal et Vicar ont subrepticement repris le lanceur de javelot de l'histoire de Carl Barks et en ont fait un sauteur à la perche dans The Calisota Cup / Donald gagne la coupe ( D 95165 )

 

Cases issues de Super Picsou Géant n°86 (1998)




Après sa mort en 2000, plusieurs artistes lui ont rendu hommage en l'intégrant à leurs histoires.

En 2003, dans une histoire de Janet Gilbert dont Donald est le héros, The Onion Rose / La vie en rose ( D 2002-229 ), Francisco Rodriguez Peinado dessine un vieil homme qui peint, sur une barque, un tableau représentant Picsou.


Cet homme, c'est Carl Barks, avec une truffe en guise de nez.

 Cases issues de Super Picsou Géant n°121 (2004)

 

 

Un cas particulier à signaler :

Une histoire de Carl Barks, qui devait être publiée dans WDC&S #144 en 1952, avait été refusée par son éditeur de l'époque, Western Publishing. Il s'agissait de l'histoire Queen of The Apple Festival qui n'a depuis jamais été publiée et dont les originaux ont été perdus.

Cette histoire de jalousie où Daisy s'en prend à Donald qui est subjugué par la Reine de beauté du Festival des pommes de Donaldville avait été jugée par Chaise Craig comme inappropriée pour un personnage féminin et trop violente pour les enfants.

Afin de recréer cette histoire imaginée par Carl Barks, Geoffrey Blum a repris le scénario et Daan Jippes l'a mis en images.

Pour rendre hommage à Barks
ils ont introduit dans l'histoire un producteur de pommes qui a les traits du maître.

Cette histoire connue sous le nom de Golden Apples / Course à la pomme d'or ! (
D D 2002-012 ) a été publiée pour la première fois en 2007.
 
 

Case issue de Picsou Magazine 439 (Août 2008)

 
 

 null En 2009, dans une histoire intitulée Captain Duckburg / Le retour du Captain Duck ( D/D 2001-020 ) écrite par Geoffrey Blum et dessinée par Carlos Mota, Picsou demande à Donald d'aller interviewer le créateur de Captain Duckburg afin de relancer les ventes d'un de ses journaux. Le créateur de Captain Duckburg a les traits de Carl Barks. De nombreux clins d'oeil à sa vie sont présents dans l'histoire : son gag dans le dessin animé de Donald "Modern Inventions" (voir ci-contre), des cadres affichant son premier scénario, son premier chèque et sa première lettre de fan, une référence à son histoire Lost in the Andes / Donald perdu dans les Andes (W OS  223-02) (voir ci-dessous), pour ne citer que les plus visibles.
  Case issue de Super Picsou Géant n°151 (Mai 2009) 
 

   null

Cases issues de Super Picsou Géant n°151 (Mai 2009)

 

Signalons également :


- The Mascot / La mascotte (
D 2007-003 ) de Sune Troelstrup et Vicar où le Barks sportif et maladroit apparaît.

- Zio Paperone e il vortice del tempo
I TL 2715-1 ) de Carlo Panaro et Paolo De Lorenzi où apparaît Barks dans une BD hommage qui lui est consacré pour les 60 ans de Picsou.

Christmas In Duckburg (W CP    9-01) de Bob Gregory et Carl Barks où le nom de GARÉ, la femme de Barks est mentionné comme nom d'une boutique dans la deuxième case de l'histoire.

The Money Well  (
W US   21-02) de Carl Barks, où apparaît page 26 dans la 5ème case un panneau signalant une ville où l'on ne lit que les 3 premières lettres "SAN", une allusion à SAN JACINTO où Barks s'était installé après sa démission des Studios Disney.

- Sagmore Springs Hotel ( W WDC 206-02 )de Carl Barks, où apparaît dans la première case de l'histoire un sac de pommes de terre portant la mention "San Jacinto Spuds", autre allusiuon à la ville où vécu Barks.




La liste n'est peut-être pas complète. Si vous rencontrez d'autres BD Disney avec Carl Barks en personnage, n'hésitez pas à me les signaler.


Enfin, pour terminer, un autre grand dessinateur de Disney s'est croqué lui même, il s'agit de Giorgio Cavazzano qui, dans une histoire publiée en 1978 et écrite par Giorgio Pezzin joue son propre rôle. Il s'agit de Topolino e gli incontri falsificati (dal solito tipo) / Mickey et les mystères du traductoscope (I AT 262-A)

 

Planche issue de Super Picsou Géant 98 (Juillet 2000)




Sources : 
Mémoire D.E.A. ès Littérature Américaine d'Olivier BORDIER, 1997
Carl Barks and the Art of Comic Book by Michael Barrier, 1981
Inducks
Calisota On Line


Ajouts de la référence au Carl Barks Studio, des références à Christmas In Duckburg, The Money Well et Sagmore Springs Hotel le 01/05/2009. Ajout référence à Captain Duckburg le 10/05/2009.
 

Voir les commentaires

Publié le 12 Août 2008


 

N'avez vous jamais essayé de faire des bulles dans le lait à l'aide d'une paille ? Désormais, Disney et Candia font, à leur manière, des bulles dans le lait !


Si comme environ 80% de la population vous buvez du lait et que par ailleurs vous fassiez vos courses en grande ou moyenne surface, vous avez peut-être remarqué depuis le 18 juin ces nouvelles briques de lait ornées des héros de Walt Disney et au dos desquelles vous pouvez retrouver des BD parues dans le Journal de Mickey.


Certaines de ces BD sont des gags d'une page, d'autres des énigmes (la réponse est alors communiquée sur l’emballage). Candia et Disney ont sélectionné un large échantillon de 50 histoires destinées à être imprimées aléatoirement sur les briques, de quoi donner l'idée aux collectionneurs de faire une cure de calcium.


Cette collaboration est le fruit de la stratégie de Disney Consumer Products (DCP) qui est est la division de The Walt Disney Company (DIS) en charge des produits dérivés y compris dans le domaine de l'alimentation. Les produits développés sous licences Disney mettent l'accent sur un apport nutritionnel équilibré tout en introduisant la notion de plaisir et de jeu.


En savoir plus :
Communiqué de presse sur le site de FHCOM
Communiqué de presse version pdf

Voir les commentaires

Rédigé par Pmspg

Publié dans #Disneymania