Publié le 20 Août 2006


Avec un an de retard, Gemstone sort (aux Etats-unis) un recueil retraçant les 75 ans de la BD Disney. Une occasion de découvrir des personnages peu connus en France : Les Gremlins ou Bucky Bug ou de redécouvrir quelques unes des histoires les plus marquantes.

Quelle brochette d'auteurs et de dessinateurs ! Tous les plus grands de chez Disney sonts présents : Al Hubbard, Al Taliaferro, Andrea Ferraris, Bill Walsh, Bill Wright, Bruno Sarda, Byron Erickson, Carl Barks, Carl Buettner, Cèsar Ferioli Pelaez, Daan Jippes, Daniel Branca, Dick Kinney, Dick Moores, Don Christensen ,Don Rosa, Earl Duvall, Eirik Ildahl, Evert Geradts, Floyd Gottfredson, Frank McSavage, Freddy Milton, Gary Leach, Gil Turner, Giorgio Cavazzano, Hubie Karp, Janet Gilbert, Jim Kenner, Marck Meul, Mau Heymans, Paul Murry, Renato Vinicius, Canini Roberto, O. Fukue, Romano Scarpa, Ted Osborne, Ted Thwaites ,Tony Strobl, Vicar, William Van Horn.


Et comme toujours avec Gemstone la mise en couleur fait apparaître ces bandes dessinées sous un nouveau jour.

Il y aura certainement d'autres numéros à suivre. Bravo !

Pour vous procurer ce volume : Walt Disney Treasures: Disney Comics 75 Years of Innovation: The Official Anniversary Book  (allez sur Amazon.fr)

Mesdames et Messieurs de chez Disney Hachette Presse, à quand la même chose en France ?

Voir les commentaires

Publié le 18 Août 2006

Carl Barks écrivait ses histoires sans ordre chronologique précis et généralement il ne mettait pas de référence à une histoire précédente, ce qui permet ainsi à tout lecteur de lire ses histoire dans n'importe quel ordre.

Cependant, à quelques reprises, il a inséré  dans ses histoires des références à des histoires précédentes.

(source DCML)

Dans The Status Seeker (W US   41-02, mars 1963,
première publication en France : Le Journal de Mickey 592 (1963) Picsou toujours premier ! ), les Rapetous vont rechercher directement le rubis strié en forme de bonbon en pensant que Picsou pourrait essayer de les berner de la même façon que dans All at Sea (W US   31-01, septembre 1960, première publication en France : Le Journal de Mickey 450 (1961) L'aventure du blé d'or).

Dans The Great Ski Race
(W WDC  62-02, novembre 1945, publication en France : Le Journal de Mickey 1831 (1987) Ski de grands fonds), au début de l'histoire, les neveux  nagent dans l'argent suite à la récompense qu'ils ont reçue pour la capture du voleur de banque dans la bande dessinée du mois précédent Thug Busters (W WDC  61-02, octobre 1945, première publication en France : Le Journal de Mickey 426 (1962) De fins limiers), celle où Donald essaie de saboter l'agence de détectives privés de ses neveux.

Il y a également un lien entre deux aventures de Donald dans Donald
Duck Four Color 62, Frozen Gold (W OS   62-02, janvier 1945, 
publication en France :  Grands albums cartonnés Le Livre de Paris/Hachette 4 (1976) Donald au pôle Nord) et Mystery of the Swamp (W OS   62-03, janvier 1945, publication en France : Picsou Magazine 233 (1991) Gare aux gromigneux ! ). A la dernière page de Frozen Gold Donald et les neveux parlent de vacances dans un pays chaud, et ils y sont dans l'histoire suivante.

Dans The Money Champ (W US   27-01, septembre 1959,
publication en France :  Le Journal de Mickey 434 (1960) Picsou contre Gripsou), les Ducks parlent de leur première rencontre avec Gripsou et se rappellent avoir déroulé beaucoup de ficelles dans The second richest Duck (W US   15-02, septembre 1956,  publication en France : Le Journal de Mickey 357 (1960) Picsou contre gripsou).

Si vous connaissez un autre lien entre histoires de Carl Barks n'hésitez pas à le signaler.

Voir les commentaires

Rédigé par Pmspg

Publié dans #Histoires Disney

Publié le 17 Août 2006

Cette BD est tirée de l'Echo d'Alger.

De quelle histoire fait-elle partie ?

Merci de me contacter.

Merci à ceux qui m'ont permis de l'identifier.
Il s'agit d'un strip de Floyd Gottfredson (YM 50-11-04)
"Land Beneath the Sea"

Voir les commentaires

Rédigé par Pmspg

Publié dans #Histoires Disney

Publié le 17 Août 2006



Etre collectionneur, ça peut rapporter gros !


Une édition originale de Donald Duck datant de 1948 a été placée sous séquestre judiciaire en Suède dans l'attente du divorce d'un couple qui s'en dispute la propriété. La bande dessinée apparue dans les années 30 aux Etats-Unis sous le crayon de Carl Barks (1901-2000) dans les studios Disney faisait partie de la collection d'un musée dirigé par le couple à Koeinge, dans le sud de la Suède.

L'exemplaire rare, qui a une valeur évaluée à 125 000 couronnes, 13.345 euros, est enfermé sous clé depuis un an et demi dans les locaux de la police de Halland. L'un des époux avait tenté de la vendre à un tiers mais son conjoint avait porté plainte pour vol, obligeant la police à confisquer le célèbre canard. Un magistrat devra bientôt trancher sur son sort.



Source LCI 21/03/2006


 

Autre version du même fait :



Source Sud-Ouest 23/03/2006



Voir les commentaires

Rédigé par Pmspg

Publié dans #Disneymania

Publié le 11 Août 2006


Rien ne distingue les 3 neveux de Donald si ce n'est leurs prénoms (Riri, Fifi et Loulou) et la couleur de leur casquette (Rouge Vert - ou jaune -, Bleu). Mais la couleur est bien une convention puisque les planches des BD originales sont en noir et blanc. C'est le coloriste qui choisit (avec parfois les indications des auteurs).

Dans les Comics américains, la règle est plutôt : Huey en rouge, Dewey en bleu et Louie en vert et souvent dans cet ordre, dans le sens de la lecture occidentale.

Il est d'ailleurs question de cette règle mais son origine est à valider :

"Huey is the brightest of the three "hues", that is, red.
Dewey is the color of "dew" or water, blue.
That "leaves" Louie, and leaves are green."

("Huey est le plus lumineux des trois"tonalités", c'est-à-dire, rouge.
Dewey est la couleur de la "rosée" ou de l'eau, bleue.
Il nous reste -jeu de mot intraduisible avec "feuilles"- Louie, et les feuilles sont vertes.)

Mais il n'est pas rare de trouver, pour une même histoire, d'une édition à l'autre, suivant les pays, des couleurs échangées entre les personnages.

Mais les couleurs n'ont pas toujours été les mêmes suivant les époques. Dans leur premier dessin animé ("Donald's Nephews"), les neveux de Donald portaient les couleurs suivantes : rouge, orange et vert. Ce n'est que depuis 1939 que la couleur officielle de Dewey est le bleu. (source et images : p 192 Walt Disney's Mickey and the Gang,  2005)


 

Gottfredson se rappelait que quand Al Taliaferro a introduit les neveux de Donald, il l'a fait en s'inspirant des 3 neveux de Happy Hooligan que Oper avaient créés. Hooligan avait 3 petits neveux qui étaient tous identiques. Dana Coty, un gag man qui vendit plus tard des idées à Barks pour ses bandes dessinées, a apporté les noms sonnants de Huey Dewey and Louie. Les prénoms dérivent de Huey Long, gouverneur et plus tard sénateur de la Louisiane, Thomas Dewey, gouverneur de l'état de New-York et candidat à la présidence des Etats Unis, et Louie Schmitt, un animateur des Studios Disney pendant les années 1930 et 1940. (source : p 39 Carl Barks and the Disney Comic Book, 2006 Thomas Andrae)

Et puis reste à définir le lien entre les prémons américains et français. Riri = Huey, Fifi = Dewey et Loulou = Louie est la combinaison qui semble la plus probable.


Don Rosa a réalisé une histoire (D 94121) An Eye For Detail (Un oeil pour le détail) dans laquelle il précise que seul Donald arrive à reconnaître chacun des des neveux à un infime détail. Riri a une petite tache dans l'oeil, un épi sur sa queue, Fifi un pli de plus au pouce, et Loulou un grain de beauté au coude.

Don Rosa pense que les neveux sont identiques aussi bien en en caractère qu'en apparence. Il a écrit sur DCML "I still like the idea of them being the same character times 3, with no individual traits... I think that's part of the 'gag' for me, that there could be three such noble yet identical people."
(J'aime aussi l'idée qu'ils soient le même personnage 3 fois, avec aucun trait individuel... Je pense que ça fait partie du 'gag' pour moi, qu'il pourrait y avoir trois si nobles et ideniques personnes.)

Il a inclus à plusieurs reprises des scènes qui montrent clairement que les neveux pensent qu'ils ne sont pas identiques.

 


Chez Carl Barks, les neveux de Donald jouent de cette ressemblance.
Barks a écrit une histoire de 10 pages (W WDC 71-02) Swimming Swindlers dans laquelle Riri Fifi et Loulou essaient défient Donald et trichent en jouant sur leur ressemblance. Mais Donald, qui les a surpris en train de manigancer, déjoue leur plan, en trichant lui aussi.



Carol et Pat McGreal ont inventé une histoire déssinée par Vicar (D 2002-020) Happy Birthday Times 3 (Chacun sa route) où les neveux demandent à être traités comme des êtres dotés de personnalités et d'identités différentes pour avoir chacun sa propre fête d'anniversaire. Mais il s'agit sans doute plus d'une ruse que d'une véritable crise d'identité.


Gary Leach précise (source DCML) que pour lui, pour Susan Daigle-Leach, et pour Scott Rockwell s'il n'y a aucune raison pour la narration de montrer un neveu en particulier, ils choisissent de préférence Huey (donc la casquette rouge) puisque c'est le premier neveu dans l'ordre visuel.


Dans une histoire de Carl Barks (W WDC 75-01) Turkey Trouble (Dinde en péril), publiée pour la première fois en décembre 1946, certains ont pensé que la dernière vignette de la première page pourrait peut-être donner un lien entre la couleur de la casquette et un prénom des neveux."The blue streak you see next will be Huey Duck on his way to a raffle !" (Littéralement : La strie bleue que vous allez voir sera Riri Duck qui va raffler le gros lot.) Mais en fait, l'expression "blue streak" se réfèrre  à la lumière et à la vitesse de l'éclair et non à la couleur bleue.


D'ailleurs, la dernière publication française (Picsou Magazine 408 Janvier 2006) traduit cette bulle ainsi : "Si vous voyez un éclair blanc : c'est moi qui fonce là-bas !".

Fausse piste, donc !


L'avis de Donald D. Markstein (source DCML)
En tant que scénariste d'histoire de canards (Ducks), il ne distingue pas parmi les neveux. Si un des neveux parle dans une des histoires sur lesquelles il travaille, il attribue la bulle à "un neveu". Si deux neveux parlent dans une même case, il attribue les bulles au "neveu 1" et au "neveu 2" dans l'ordre normal de lecture. Il laisse le soin à quelqu'un d'autre de décider de la couler des casquettes. Et quoi que fasse le coloriste, il aura raison, car pour lui, autant qu'il ait pu regarder, il n'y a pas de différence entre les neveux.


L'étude de Dan Haley (source DCML) Dans un fanzine américain

D'ailleurs, la dernière publication française (Picsou Magazine 408 ) traduit cette bulle ainsi : "Si vous voyez un éclair blanc : c'est moi qui fonce là-bas !".Fausse piste, donc !En tant que scénariste d'histoire de canards (Ducks), il ne distingue pas parmi les neveux. Si un des neveux parle dans une des histoires sur lesquelles il travaille, il attribue la bulle à "un neveu". Si deux neveux parlent dans une même case, il attribue les bulles au "neveu 1" et au "neveu 2" dans l'ordre normal de lecture. Il laisse le soin à quelqu'un d'autre de décider de la couler des casquettes. Et quoi que fasse le coloriste, il aura raison, car pour lui, autant qu'il ait pu regarder, il n'y a pas de différence entre les neveux. Dans un fanzine américain

 

Dans The Barks Collector #11 (1979) il a essayé de faire un Who's Who entre Riri Fifi et Loulou. ("A Who's Who of Huey, Dewey & Louie") Il a étudié les histoires de Carl Barks où les neveux apparaissent. Il n'a pas seulement utilisé les situations où ils sont explicitement nommés, mais toute l'histoire puisqu'il suppose qu'ils sont habillés des mêmes couleurs tout au long de chaque histoire. Seul défaut de son étude : il fait confiance aux coloristes alors que Carl Barks ne coloriait pas ses histoires.

En se fiant aux casquettes ou aux habits, il a trouvé ce résultat.

  Riri Fifi Loulou
Rouge 5 6 8
Vert 5 4 6
Bleu 1 8 3


Comme on le voit, même sur les histoires originales, rien ne permet d'affecter une couleur immuable aux 3 neveux de Donald...

 

Le mystère reste donc entier, et c'est sans doute mieux ainsi !

Voir les commentaires