Journal de Mickey et Management

Publié le 2 Octobre 2006

Le coaching est à la mode. Dans les entreprises, les cadres se font de plus en plus aider par des coachs qui leur font connaître et maîtriser les arcanes du management des hommes en leur rappelant qu'en matière humaine il n'y a pas toujours de règle absolue.

Suis-je un bon chef ? Me fais-je reconnaître comme un chef ? Suis-je fait pour le travail en équipe ? Ai-je le sens des responsabilités ? Autant de questions que doivent se poser les managers.

Quel rapport avec le Journal de Mickey me direz-vous ?

Et bien tout simplement que le journal de Mickey y répond en deux éditos de 1953 du Vieil Onc'Léon.

En effet, à cette époque, depuis la relance du Journal de Mickey en 1952, les Clubs Mickey ont été recréés. Onc' Léon désireux de favoriser à la fois l'émergence de chefs responsables et d'équipes soudées n'hésite pas à prodiguer ses conseils.

Plus de cinquante ans plus tard, ces conseils sont-il dépassés, tranposables au monde de l'entreprise moderne ? A vous d'en juger en lisant ces deux éditos, vous serez surpris.

~~§~~

Journal de Mickey (nouvelle série) n°37 du 8 février 1953

MES CHERS NEVEUX ET NIECES,

Je lis, avec l'intérêt que vous imaginez, les lettres des chefs de groupe qui me rendent compte de leurs efforts et me signalent les résultats obtenus. Je note soigneusement les causes du succès de ceux-ci ou de celles-là. Et voici comment se résument toutes mes observations:
Les groupes qui connaissent la plus fructueuse activité sont ceux dont les membres ont à peu près le même âge, en tout cas, les mêmes goûts; c'est surtout ceux où règne l'esprit d'équipe.

Et c'est de l'indispensable esprit d'équipe que je veux vous entretenir aujourd'hui en vous donnant quelques règles pratiques qui vous serviront à assurer la prospérité du Club Mickey et qui, si vous voulez bien en tenir compte, vous seront très utiles dans la vie.

Une petite association ne peut être prospère que dans la mesure où tous ses membres travaillent dans le même sens; si les uns tirent à hue et les autres à dia, tout progrès est interdit. Si l'un d'entre vous se montre égoïste, si sa vanité l'empêche de se plier aux règles que vous avez établies, s'il cherche à se singulariser constamment sans apporter pour autant des idées neuves, originales et réalisables, il vaut mieux vous séparer de lui, après deux ou trois appels à la raison.

Le mot « équipe » est un vieux terme de marine (à l'origine, une équipée était une aventure en mer) ; il a, en principe, la même valeur que le mot « équipage ». En fait, en vous groupant, vous vous êtes embarqués sur le même bateau (ou vous vous êtes logés à la même enseigne) .


Vous partagez les mêmes avantages, mais vous courez les mêmes risques. Tous, vous devez œuvrer, lutter, pour que rien ne contrarie la marche de votre barque et pour qu'elle atteigne son but. Qu'un seul se rende coupable d'une fausse manœuvre et l'existence de votre esquif (1) est compromise et la vôtre aussi.


D'ailleurs, ce qu'admettent les marins, les travailleurs et les sportifs l'admettent aussi. Une équipe d'ouvriers ne peut mener à bien sa tâche, une équipe sportive ne peut triompher, si l'esprit de solidarité ne règne en leur sein, si chacun ne veut pas penser seulement à l'intérêt de l'œuvre collective ou à l'enjeu de la partie.


Dans la profession, l'esprit d'équipe devient l'esprit de corps; dans le foyer, l'esprit de famille ; chez nous, il devrait être l'esprit Mickey.

Souvenez-vous enfin que l'esprit d'équipe vaut à tous ceux qu'il anime réconfort et profit, et n'oubliez pas, en tout cas, de compter, parmi les plus dévoués de vos équipiers, votre vieil

ONC' LEON.


(1) J'ai choisi ce mot à dessein, il est de la même famille que le mot « équipe » et très proche de lui étymologiquement.


~~§~~


Journal de Mickey (nouvelle série) n°46 du 12 avril 1953

MES CHERS NEVEUX ET NIÈCES,

Savez-vous quels sont les groupes qui fonctionnent le mieux? Ce sont ceux dont les chefs ont le sens des responsabilités. Les meilleurs guides savent, en effet, qu'ils seront, tôt ou tard, dans l'obligation de répondre de leur conduite, de leurs actions ou de celles des filles et des garçons qu'ils dirigent.

Ils ne s'engagent donc pas à la légère dans telle ou telle voie. Ils demandent conseil, délibèrent avec eux-mêmes et ne se décident qu'ensuite.

Ils n'oublient pas que prudence est synonyme de sagesse. S'ils veulent créer un groupe de natation par exemple, ils commenceront par s'assurer les services d'un maître nageur compétent et dévoué.

Ils savent aussi prendre leurs responsabilités. Pour diriger, il ne suffit pas de donner des ordres. Il faut prévoir, organiser, et ne pas craindre les tracas ni les soucis. Quand on est à la tête d'une association, l'on doit se porter garant de sa réussite et, pour obtenir des concours dévoués, travailler durement, tout le premier, pour donner l'exemple. Voilà ce que font les chefs de groupe que je loue aujourd'hui, et j'ajoute que, s'ils commettent des erreurs, ils n'en font pas tomber le poids sur les autres.

Enfin ils ont le goût des responsabilités. Les difficultés les stimulent au lieu de les abattre. Ce sont les difficultés, précisément, qui justifient l'existence du chef clairvoyant. Si les embûches et les obstacles n'étaient pas à redouter, il n'aurait aucune raison d'être et son équipe suivrait sans peine, et sans lui, son petit bonhomme de chemin.

Sachez donc vous choisir des guides de cette trempe et aidez-les de toutes vos forces en suivant leurs directives de bon gré. Il ne s'agit pas pour vous, cependant, d'obéir aveuglément. Dans vos groupes, la discussion est permise, essayez de faire prévaloir vos vues, mais, la décision étant prise, arrangez-vous pour que tout aille bien ; travaillez dans le même sens parce que vous êtes tous, dès lors, responsables du succès, ou de l'échec, de l'entreprise.

Je suis persuadé que ceux et celles d'entre vous qui ont le sens et le goût des responsabilités et qui savent les prendre n'auront aucune peine à se faire une place au soleil et j'en suis enchanté, car, en somme, le responsable de ces succès futurs, ce sera peut-être un peu

Votre vieil One' Léon.

~~§~~

Avouez tout de même que la consultation d'Onc Léon est plus abordable qu'une séance de coaching !




Si vous avez apprécié cet article, lisez Le Journal de Mickey et l'insatisfaction des jeunes



Rédigé par Pmspg

Publié dans #Livres Albums Revues et Magazines Disney

Commenter cet article